De l'importance du deuil et de la commémoration de nos défunts

Si l’adage veut que la mort fasse partie de la vie, c’est un événement particulièrement douloureux, parfois pour celui ou celle qui la traverse, et toujours pour ses proches. Faire le deuil d’un défunt, c’est passer par les fameuses étapes qui conduisent à l’acceptation de cette perte parfois inimaginable et dévastatrice. Déni, colère, négociation, dépression puis acceptation, ces étapes parfois longues et difficiles à franchir sont naturelles et accompagnent les vivants dans la disparition de l’être cher.

Commémorer un défunt, c’est le célébrer d’une multitude de manières. Commémorer découle de la mémoire et a pour fonction de prolonger la vie du disparu par la mémoire des vivants, leurs souvenirs, leurs partages, etc. Commémorer, c’est se souvenir ensemble de celui qui est parti, c’est y penser avec peine, avec joie, avec tristesse ou bonheur. Commémorer, c’est ne pas oublier.

Parce que nous avons tous ou que nous serons tous amenés un jour ou l’autre à perdre un être aimé, nous avons tous ou nous serons tous confrontés au deuil. Pour cette raison, nous vous proposons de vous accompagner dans cette étape difficile de la vie par des dossiers éclairants et complets sur de nombreux sujets qui entourent la disparition de vos proches. Par le biais de ceux-ci, nous avons à cœur de vous guider au mieux dans les décisions à entreprendre pour vos disparus, mais aussi, si vous le souhaitez, de vous aider à préparer vos obsèques afin de soulager vos proches le moment venu.

Décès et traitement du défunt : les différentes pratiques

Lorsque survient un décès, les proches du disparu sont malheureusement bousculés subitement. D’une part, il faut entendre que cet être aimé ou apprécié est parti, dans des circonstances plus ou moins difficiles. D’autre part, pour les plus proches du disparu, l’heure n’est pas à l’effondrement, mais à la prise de décisions essentielles, un double choc.

En effet, la famille proche du défunt doit immédiatement se confronter à tout un tas de questions et de décisions importantes pour le disparu. La première d’entre elles, c’est de penser au traitement de son corps. Incinération, inhumation, crémation, mise en bière… les termes se mélangent et les options sont nombreuses. Or, prendre une telle décision pour le disparu dans un contexte si éprouvant est une épreuve bien souvent terrible pour les proches. Quand la discorde ne s’y invite pas !

Pour vous accompagner dans la prise de cette décision essentielle et malheureusement définitive, nous vous proposons de parcourir nos dossiers complets et éclairants vous présentant les différentes possibilités qui s’offrent à vous.

La place des pompes funèbres auprès des familles

Les pompes funèbres sont des organismes dédiés à la prise en charge du défunt et de ses proches. Ces organismes publics ou privés sont spécialisés dans l’accompagnement des familles et les aident à prendre les décisions difficiles, mais aussi à réaliser les complexes démarches administratives qui suivent le décès. Il faut dire que ces dernières sont nombreuses et extrêmement douloureuses à effectuer dans un contexte de perte aussi récente. Les familles se sentent souvent bousculées, abandonnées, voire malmenées. Les pompes funèbres sont là pour les accompagner, les porter et les soutenir.

Les pompes funèbres ont également pour mission de prendre en charge le défunt, de le conserver, de le laver, d’en prendre soin. Leur rôle est essentiel pour les familles qui attendent un profond respect pour le disparu et pour leur peine. Mais les pompes funèbres ont par ailleurs pour mission d’accompagner le défunt de son vivant, si celui-ci exprime à l’avance ses dernières volontés, notamment par le biais d’un contrat d’assurance obsèques.

Néanmoins, tous les organismes de pompes funèbres ne conviennent pas à tous les besoins. En effet, si certaines familles en deuil recherchent efficacité et rapidité, d’autres attendent de la compassion, du soutien et de l’écoute. Au travers de nos dossiers, découvrez nos astuces pour sélectionner un organisme qui saura répondre à vos besoins uniques.

Le deuil : faire son deuil et accompagner les endeuillés

Nous l’avons dit, le deuil est un processus très difficile et scindé en plusieurs étapes successives et très codifiées. Celles-ci sont naturelles et sont traversées par chaque proche d’un disparu, de manière plus ou moins longue et plus ou moins douloureuse.

Le déni est la première étape. En effet, bien souvent, la première réaction des proches est de refuser l’annonce du décès du disparu. Le choc est important et le nier est souvent une manière de se préserver, de ne pas donner corps à cette annonce. La colère le suit. Naturelle, la colère permet d’exprimer sa douleur. La négociation, traversée de manière plus ou moins visible, consiste à marchander en quelque sorte avec soi-même pour compenser le vide ressenti par cette disparition. Suit la dépression, généralement l’étape la plus longue, qui peut parfois durer plusieurs années. Enfin, l’acceptation constitue la dernière étape. Accepter, ce n’est pas oublier, ce n’est pas nier l’être disparu, c’est vivre avec l’idée qu’il soit parti tout en étant en paix avec son absence.

Face au deuil, il n’est pas facile de savoir comment réagir. Les proches des proches du défunt se sentent parfois démunis face à la peine des vivants confrontés à la perte d’un enfant, d’un parent, d’un frère ou d’une sœur, d’un ami. Comment présenter ses condoléances à un membre de sa famille, à un ami, à un collègue, à un voisin, à un inconnu ? Au travers de nos dossiers, nous vous présentons des solutions adaptées afin de présenter vos condoléances comme il se doit.

L’assurance obsèques : comment préparer son décès de son vivant ?

L’assurance obsèques est un bon moyen de préparer son décès de son vivant. Si certains s’y refusent par crainte ou par superstition, c’est pourtant une solution toute trouvée pour imposer ses choix à l’heure de sa mort et pour soulager ses proches.

L’assurance obsèques permet de décider de son vivant de l’organisation de ses obsèques. L’assuré sera alors certain que ses volontés seront respectées après sa mort, notamment si ses proches les ignorent – il faut reconnaitre que ce genre de sujet est rarement abordé lors des repas en famille – ou si ceux-ci sont en désaccord.

Par ailleurs, l’assuré peut financer ses obsèques à l’avance, en totalité ou en partie, ce qui allège considérablement la charge financière pour ses proches. En souscrivant un tel contrat, le souscripteur permet à sa famille (conjoint, parents ou enfants, etc.) de s’éviter des difficultés d’ordre financières, des démarches administratives longues et complexes, des décisions parfois difficiles à prendre et de se consacrer au processus de deuil plus sereinement.

Parcourez nos dossiers pour en apprendre davantage sur l’assurance obsèques, ses caractéristiques et ses avantages.